Réfugiée, mais maillon fort de l’économie, elles célèbrent la Journée Internationale de la Femme

  • Posté le: 10 March 2017

La traditionnelle journée du 08 mars, consacrée à la célébration des femmes fait un pas de plus cette année vers sa promesse de permettre un monde d’égalité entre hommes et femmes.  Afrique Secours et Assistance rejoint cette longue marche vers un monde de parité en s’alliant aux cotés des femmes réfugiées à Bangui à travers des activités génératrices de revenus.

Un espace dédié, trente femmes réfugiées et des centaines d’articles en vente s’étalent dans le décor de la célébration de la 40ème Journée Internationale de la Femme sur l’esplanade de la Cathédrale de Bangui.

C’est une journée de manifestations à travers le monde et c’est l’occasion pour ces milliers de femmes venues des différentes organisations féminines de Centrafrique de faire un bilan sur leur situation dans leur pays. Traditionnellement les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes. En Centrafrique, l’Organisation des Femmes Centrafricaines (OCFA) et l’église catholique offrent chaque année une foire pour accueillir les initiatives féminines.

Partant de l'artisanat à la gastronomie en passant par la couture, différents produits commerciaux ont été exposés lors de cette foire annuelle par les femmes des différentes communautés de réfugiés vivant en République Centrafricaine. L’objectif de cette activité mise en œuvre grâce au concours du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés est d’inciter ces femmes à s’auto-prendre en charge et à contribuer à l’économie de leur pays de refuge. Rachelle Souda, réfugiée soudanaise explique :

 « J’ai quitté mon pays à cause de la guerre pour me retrouver en Centrafrique où nous avons été soutenues par l’UNHCR à travers son partenaire ASA. Et si je n’étais pas aidée de cette manière, ma vie serait très difficile ici, surtout que le pays aussi vient de sortir d’une crise militaro-politique. Ainsi, j’essaye d’entreprendre avec l’argent qu’ASA nous offre pour les activités génératrices de revenus pour me prendre en charge ainsi que ma famille. »

Soutenues dans le cadre du projet ‘’Réfugiés Urbains’’ d’Afrique Secours et Assistance, les femmes refugiées sont accompagnées à travers des soutiens financiers à mettre en œuvre des activités génératrices de revenus ou AGR. Pour l’année 2017 en cours, une cinquantaine de femmes est appuyée et suivie par des agents au niveau d’ASA afin de renforcer leurs capacités mais aussi de consolider leurs commerces.

Cette journée dont le thème porte sur l’autonomisation des femmes et le relèvement économique met un accent particulier sur la situation économique précaire dans laquelle vivent des milliers de femmes en Afrique.

La mission d’ASA auprès de ces femmes est de les accompagner et de les aider à stabiliser leurs conditions de vie. Elles sont  le plus souvent veuves ou vivant au-dessous du strict minimum.

 Pour Elisabeth Nayo : «  la journée du 8 mars est une journée pendant laquelle nous devons fêter mais nous devons aussi réfléchir sur notre condition de vie et la manière dont nous devons faire pour augmenter nos commerces ». Comme chacune de ces femmes qui cherchent à assurer le quotidien de leur famille, E Nayo bénéficie d’un accompagnement pour la bonne gestion et ses activités qui contribuent à donner du travail autour d’elle.

Les femmes refugiées bénéficiant d’un accompagnement d’ASA sont issues des communautés congolaises (RDC), tchadiennes et soudanaises.

Ajouter un commentaire

Full HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.